Moi, seul, et c’est assez….. Ou l’étrange paradoxe de la relation

Chacun est seul au monde. Si cela ne vous est jamais venu à l’esprit, avez-vous songé que depuis que vous êtes né(e), jamais aucune personne n’a vu et décodé le monde comme vous l’avez fait, et, lorsque vous aurez disparu(e) jamais personne ne verra ou ne décodera plus le monde comme vous l’aurez fait auparavant. Autrement dit, personne n’a jamais pensé exactement comme vous, et personne ne pensera jamais exactement comme vous après. Vous pouvez le tourner dans tous les sens que vous voulez, c’est un absolu.

« M’intéresser à l’autre » (par Roger LANTERI)

M’intéresser à l’autre. Dans quelle mesure puis-je m’intéresser à l’autre ? Autrement dit, quelles sont les conditions internes requises qui feraient que je peux m’intéresser au monde de l’autre ? Quel est le risque pour moi d’entrer dans le monde de l’autre ? Ces questions montrent bien la difficulté que l’approche empathique engendre.

C’est une constante que j’ai pu observer dans tous mes stages sur l’Ecoute Centrée sur la Personne.